mercredi 15 janvier 2020

Journal de lecture : Sándor Weöres




Malgré les efforts de Ladislas Gara, Jean Rousselot, Gyula Illyés, et plus récemment Christophe Dauphin et Anna Tüskés ("Les orphées du Danube", aux éditions Raphaël de Surtis), la poésie hongroise est mal connue en France. Il faut donc saluer la belle initiative des éditions érès (collection PO&PSY) qui a publié récemment "filles, nuages et papillons", des extraits choisis de l'œuvre de Sándor Weöres et traduits par la poète Cécile A. Holdban, de mère hongroise, et qui était tout naturellement la mieux à même de réaliser ce projet. Peu de choses ont été publiées en France de cet auteur pourtant très important dans son pays, à quelques exceptions notables dont "Dix-neuf poèmes", traduits en 1984 par Loránd Gáspár, Bernard Noël, Ibolya Virág. "Filles, nuages et papillons" est une courte et précieuse anthologie de ce poète, parsemée des encres d'Annie Lacour et présentée dans un petit coffret très esthétique. Ce sont des citations brèves, dans l'esprit de cette collection, mais qui donnent comme une résonance de la quête poétique de cet écrivain. En voici quelques-unes :

VISION AGRESTE

L'oiseau
s'envole,
derrière lui l'herbe folle se redresse.

L'EMPREINTE

La fille de ferme a traversé la route,
elle a laissé dans la poussière
l'empreinte de ses cinq orteils nus.

L'ÉTRANGER

Dans la foule il est seul,
mais nombreux dans la solitude.

ÉNIGME

Je viens d'une forêt
où je ne suis jamais allé.
J'évite une forêt,
et j'y habite pourtant.
Je vais dans une forêt,

où je n'arrive jamais.

LES FLEUVES

Les fleuves résonnent l'un dans l'autre
paraissent s'entrelacer l'un l'autre
abandonnant leur propre déclin
sur un chemin d'exil
sur un galop imprenable
maintenant et pour longtemps encore.

Et quelques aphorismes :

Clef close.

La poussière se hâte. La pierre a le temps.

Cristal de vent.

Ils s'entrelacent dans un miroir sans cadre.

Séparé de face.

La silhouette est immobile, seule son apparition danse.

................................................................................

                                                             Alain Roussel

Sándor Weöres : filles, nuages et papillons, éditions Érès, collection PO&PSY, 12€

Si vous souhaitez faire plus ample connaissance avec ce poète, je vous conseille cette interview de Cécile A. Holdban, suivie de son discours à l'Institut hongrois de Paris, le 3 avril 2019, lors de la présentation de ce livre dont on espère qu'il sera suivi par d'autres publications. Voici le lien :

https://litteraturehongroise.fr/interview-avec-cecile-a-holdban-traductrice-de-sandor-weores/




Aucun commentaire:

Publier un commentaire